**This is a COPYRIGHTED Project Gutenberg Etext, Details Below**

This is the French HTML version tycho10f.txt or tycho10f.zip
Also available as Plain Text English tycho10.txt or tycho10.zip
Also in English HTML format version tycho10h.txt or tycho10h.zip

Please take a look at the important information in this header.
We encourage you to keep this file on your own disk, keeping an
electronic path open for the next readers.  Do not remove this.

**Welcome To The World of Free Plain Vanilla Electronic Texts**

**Etexts Readable By Both Humans and By Computers, Since 1971**

*These Etexts Prepared By Hundreds of Volunteers and Donations*

Information on contacting Project Gutenberg to get Etexts, and
further information is included below.  We need your donations.

*The Project Gutenberg Etext of The Right to Read, by Stallman*
This is an HTML reprint of #1 in our series by Richard Stallman

The Right to Read

by Richard Stallman

Copyright 1996 Richard Stallman

November, 1999  [Etext #1981]

*The Project Gutenberg Etext of The Right to Read, by Stallman*
*****This file should be named tycho10f.htm or tycho10f.zip****

We are now trying to release all our books one month in advance
of the official release dates, for time for better editing.

Please note:  neither this list nor its contents are final till
midnight of the last day of the month of any such announcement.
The official release date of all Project Gutenberg Etexts is at
Midnight, Central Time, of the last day of the stated month.  A
preliminary version may often be posted for suggestion, comment
and editing by those who wish to do so.  To be sure you have an
up to date first edition [xxxxx10x.xxx] please check file sizes
in the first week of the next month.  Since our ftp program has
a bug in it that scrambles the date [tried to fix and failed] a
look at the file size will have to do, but we will try to see a
new copy has at least one byte more or less.

Information about Project Gutenberg (one page)

We produce about two million dollars for each hour we work.  The
fifty hours is one conservative estimate for how long it we take
to get any etext selected, entered, proofread, edited, copyright
searched and analyzed, the copyright letters written, etc.  This
projected audience is one hundred million readers.  If our value
per text is nominally estimated at one dollar then we produce $2
million dollars per hour this year as we release thirty-two text
files per month, or 384 more Etexts in 1998 for a total of 1500+
If these reach just 10% of the computerized population, then the
total should reach over 150 billion Etexts given away.

The Goal of Project Gutenberg is to Give Away One Trillion Etext
Files by the December 31, 2001.  [10,000 x 100,000,000=Trillion]
This is ten thousand titles each to one hundred million readers,
which is only 10% of the present number of computer users.  2001
should have at least twice as many computer users as that, so it
will require us reaching less than 5% of the users in 2001.

We need your donations more than ever!

All donations should be made to "Project Gutenberg/CMU": and are
tax deductible to the extent allowable by law.  (CMU = Carnegie-
Mellon University).

For these and other matters, please mail to:

Project Gutenberg
P. O. Box  2782
Champaign, IL 61825

When all other email fails try our Executive Director:
Michael S. Hart [hart@pobox.com]

We would prefer to send you this information by email
(Internet, Bitnet, Compuserve, ATTMAIL or MCImail).

If you have an FTP program (or emulator), please
FTP directly to the Project Gutenberg archives:
[Mac users, do NOT point and click. . .type]

ftp uiarchive.cso.uiuc.edu
login:  anonymous
password:  your@login
cd etext/etext90 through /etext96
or cd etext/articles [get suggest gut for more information]
dir [to see files]
get or mget [to get files. . .set bin for zip files]
for a list of books
GET NEW GUT for general information
MGET GUT* for newsletters.

**Information prepared by the Project Gutenberg legal advisor**
(Three Pages)


The Right to Read

by Richard Stallman

Copyright 1996 Richard Stallman

This etext is distributed by Professor Michael S. Hart through
the Project Gutenberg Association at Carnegie-Mellon University
(the "Project") under the Project's "Project Gutenberg" trademark
and with the permission of the etext's copyright owner.

You can (and are encouraged!) to copy and distribute this
Project Gutenberg-tm etext.  Since, unlike many other of the
Project's etexts, it is copyright protected, and since the
materials and methods you use will effect the Project's
your right to copy and distribute it is limited by the copyright
laws and by the conditions of this "Small Print!" statement.

  [A]  ALL COPIES: The Project permits you to distribute
copies of this etext electronically or on any machine readable
medium now known or hereafter discovered so long as you:

     (1)  Honor the refund and replacement provisions of this
"Small Print!" statement; and

     (2)  Pay a royalty to the Project of 20% of the net
profits you derive calculated using the method you already use
to calculate your applicable taxes.  If you don't derive
profits, no royalty is due.  Royalties are payable to "Project
Gutenberg Association/Carnegie Mellon-University" within
the 60 days following each date you prepare (or were legally
required to prepare) your annual (or equivalent periodic) tax

  [B]  EXACT AND MODIFIED COPIES: The copies you distribute
must either be exact copies of this etext, including this
Small Print statement, or can be in binary, compressed, mark-
up, or proprietary form (including any form resulting from
word processing or hypertext software), so long as *EITHER*:

     (1)  The etext, when displayed, is clearly readable, and
does *not* contain characters other than those intended by the
author of the work, although tilde (~), asterisk (*) and
underline (_) characters may be used to convey punctuation
intended by the author, and additional characters may be used
to indicate hypertext links; OR

     (2)  The etext is readily convertible by the reader at no
expense into plain ASCII, EBCDIC or equivalent form by the
program that displays the etext (as is the case, for instance,
with most word processors); OR

     (3)  You provide or agree to provide on request at no
additional cost, fee or expense, a copy of the etext in plain

This etext may contain a "Defect" in the form of incomplete,
inaccurate or corrupt data, transcription errors, a copyright
or other infringement, a defective or damaged disk, computer
virus, or codes that damage or cannot be read by your
equipment.  But for the "Right of Replacement or Refund"
described below, the Project (and any other party you may
receive this etext from as a PROJECT GUTENBERG-tm etext)
disclaims all liability to you for damages, costs and
expenses, including legal fees, and YOU HAVE NO REMEDIES FOR

If you discover a Defect in this etext within 90 days of
receiving it, you can receive a refund of the money (if any)
you paid for it by sending an explanatory note within that
time to the person you received it from.  If you received it
on a physical medium, you must return it with your note, and
such person may choose to alternatively give you a replacement
copy.  If you received it electronically, such person may
choose to alternatively give you a second opportunity to
receive it electronically.

PARTICULAR PURPOSE.  Some states do not allow disclaimers of
implied warranties or the exclusion or limitation of
consequential damages, so the above disclaimers and exclusions
may not apply to you, and you may have other legal rights.

You will indemnify and hold the Project, its directors,
officers, members and agents harmless from all liability, cost
and expense, including legal fees, that arise directly or
indirectly from any of the following that you do or cause:
[1] distribution of this etext, [2] alteration, modification,
or addition to the etext, or [3] any Defect.

Project Gutenberg is dedicated to increasing the number of
public domain and licensed works that can be freely distributed
in machine readable form.  The Project gratefully accepts
contributions in money, time, scanning machines, OCR software,
public domain etexts, royalty free copyright licenses,
and whatever else you can think of.  Money should be paid to
"Project Gutenberg Association/Carnegie-Mellon University".


The Right to Read

by Richard Stallman

Copyright 1996 Richard Stallman

Le droit de lire

Par Richard Stallman

 [image of a Philosophical Gnu] (jpeg 7k) (jpeg 141k) no gifs due to patent problems

Table of Contents

Cet article a été publié dans la parution de février 1997 de Communications of the ACM (volume 40, numéro 2).

(extrait de "The Road to Tycho", une collection d'articles sur les antécédents de la Révolution lunaire, publiée à Luna City en 2096)

Pour Dan Halbert, la route vers Tycho commença à l'université -- quand Lissa Lenz lui demanda de lui prêter son ordinateur. Le sien était en panne, et à moins qu'elle puisse en emprunter un autre, elle échouerait son projet de mi-session. Il n'y avait personne d'autre à qui elle osait demander, à part Dan.

Ceci posa un dilemme à Dan. Il se devait de l'aider -- mais s'il lui prêtait son ordinateur, elle pourrait lire ses livres. À part le fait que vous pouviez aller en prison pour plusieurs années pour avoir laissé quelqu'un lire vos livres, l'idée même le choqua au départ. Comme à tout le monde, on lui avait enseigné dès l'école primaire que partager des livres était malicieux et immoral -- une chose que seuls les pirates font.

Et il était improbable que la SPA -- la Software Protection Authority -- manquerait de le pincer. Dans ses cours sur les logiciels, Dan avait appris que chaque livre avait un moniteur de copyright qui rapportait quand et où il était lu, et par qui, à la Centrale des licences. (Elle utilisait ces informations pour attraper les lecteurs pirates, mais aussi pour vendre des renseignements personnels à des détaillants.) La prochaine fois que son ordinateur serait en réseau, la Centrale des licences se rendrait compte. Dan, comme propriétaire d'ordinateur, subirait les punitions les plus sévères -- pour ne pas avoir tout tenté pour éviter le crime.

Bien sûr, Lissa n'avait pas nécessairement l'intention de lire ses livres. Elle pourrait ne vouloir l'ordinateur que pour écrire son projet. Mais Dan savait qu'elle venait d'une famille de classe moyenne et qu'elle arrivait difficilement à payer ses frais de scolarité, sans compter ses frais de lecture. Lire les livres de Dan pourrait être sa seule façon de graduer. Il comprenait cette situation; lui-même avait eu à emprunter pour payer pour tous les articles scientifiques qu'il avait eu à lire. (10% de ces frais allaient aux chercheurs qui écrivaient ces articles; puisque Dan visait une carrière académique, il pouvait espérer que si ses propres articles scientiques étaient souvent lus, il gagnerait un revenu suffisant pour rembourser sa dette.)

Par la suite, Dan apprendrait qu'il y eut un temps où n'importe qui pouvait aller à la bibliothèque et lire des articles de journaux, et même des livres, sans avoir à payer. Il y avait des universitaires indépendants qui lisaient des milliers de pages sans subventions des bibliothèques gouvernementales. Mais dans les années 1990, les éditeurs aussi bien commerciaux qu'à but non lucratif avaient commencé à facturer l'accès. En 2047, les bibliothèques offrant un accès public gratuit à la littérature scientifique n'étaient qu'un pâle souvenir.

Il y avait des façons, bien sûr, de contourner la SPA et la Centrale des licences. Elles étaient elles-mêmes illégales. Dan avait eu un compagnon de classe dans son cours sur les logiciels, Frank Martucci, qui avait obtenu un outil illégal de déboguage, et l'avait utilisé pour outrepasser le code du moniteur de copyright quand il lisait des livres. Mais il en avait parlé à trop d'amis, et l'un d'eux l'a dénoncé auprès de la SPA pour une récompense (des étudiants criblés de dettes pouvaient facilement être tentés par la trahison). En 2047, Frank était en prison, non pas pour lecture pirate, mais pour possession d'un débogueur.

Dan apprendrait plus tard qu'il y eut un temps où n'importe qui pouvait posséder des outils de déboguage. Il y avait même des outils de déboguage disponibles gratuitement sur des CD ou qu'on pouvait télécharger du Net. Mais des usagers ordinaires commencèrent à s'en servir pour outrepasser les moniteurs de copyright, et éventuellement un juge a décidé que c'était devenu leur principale utilisation en pratique. Ceci voulait dire qu'ils étaient illégaux; les développeurs de ces débogueurs furent envoyés en prison.

Les programmeurs avaient encore besoin d'outils pour déboguer, bien sûr, mais les vendeurs de débogueurs en 2047 ne distribuaient que des copies numérotées, et seulement à des programmeurs officiellement licenciés et soumis. Le débogueur que Dan utilisait dans son cours sur les logiciels était gardé derrière un garde-barrière spécial afin qu'il ne puisse servir que pour les exercices du cours.

Il était aussi possible de contourner les moniteurs de copyright en installant un noyau système modifié. Dan apprendrait éventuellement l'existence de noyaux libres, et même de systèmes d'exploitation entièrement libres, qui avaient existé au tournant du siècle. Mais non seulement étaient-ils illégaux, comme les débogueurs, mais vous ne pouviez en installer un, si vous en aviez un, sans connaitre le mot de passe de l'usager superviseur de votre ordinateur. Or, ni le FBI ni l'Aide technique Microsoft ne vous le révèlerait.

Dan conclut qu'il ne pouvait simplement prêter son ordinateur à Lissa. Mais il ne pouvait refuser de l'aider, car il l'aimait. Chaque chance de lui parler le remplissait d'aise. Et le fait qu'elle l'avait choisi pour demander de l'aide pouvait signifier qu'elle l'aimait aussi.

Dan résolut le dilemme en faisant une chose encore plus impensable -- il lui prêta l'ordinateur, et lui dit son mot de passe. Ainsi, si Lissa lisait ses livres, la Centrale des licences penserait que c'était lui qui les lisait. C'était quand même un crime, mais la SPA ne s'en rendrait pas compte automatiquement. Ils ne s'en rendraient compte que si Lissa le dénonçait.

Bien sûr, si l'école devait un jour apprendre qu'il avait donné son propre mot de passe à Lissa, ce serait la fin de leurs études, peu importe ce à quoi le mot de passe aurait servi. La politique de l'école était que toute interférence avec ses mécanismes de surveillance de l'utilisation des ordinateurs par les étudiants était punissable. Il n'importait pas qu'aucun mal n'ait été fait -- l'offense était de se rendre difficile à surveiller par les administrateurs. Ils supposaient que ça signifiait que vous faisiez quelque chose d'autre qui était interdit, et ils n'avaient pas besoin de savoir de quoi il s'agissait.

Les étudiants n'étaient habituellement pas expulsés pour cela -- pas directement. Ils étaient plutôt bannis des systèmes informatiques de l'école, et échouaient inévitablement leurs cours.

Plus tard, Dan apprendrait que ce genre de politique n'a commencé dans les universités que dans les années 1980, quand des étudiants commencèrent à être nombreux à utiliser des ordinateurs. Avant, les universités avaient une approche différente au sujet de la discipline auprès des étudiants; elles punissaient des activités qui causaient du tort, et non pas simplement celles qui soulevaient des doutes.

Lissa ne dénonça pas Dan à la SPA. La décision de Dan de l'aider mena à leur mariage, et les amena aussi à remettre en question ce qu'on leur avait enseigné durant leur enfance au sujet du piratage. Le couple se mit à lire sur l'histoire du copyright, sur l'Union soviétique et ses restrictions sur la copie, et même sur la Constitution originale des États-Unis. Ils déménagèrent à Luna, où ils trouvèrent d'autres gens qui comme eux avaient pris leurs distances par rapport au long bras de la SPA. Quand la révolte de Tycho commença en 2062, le droit universel de lire devint bientôt un de ses buts principaux.

Note de l'auteur

C'est aujourd'hui même qu'on se bat pour le droit de lire. Même si cela pourrait prendre 50 ans pour que notre façon de vivre actuelle s'efface dans l'obscurité, la plupart des lois et pratiques décrites précédemment ont déjà été proposées -- soit par l'Administration Clinton ou par des éditeurs.

Il y a une exception: l'idée que le FBI ou Microsoft gardera les mots de passe de l'usager superviseur des ordinateurs personnels. Ceci est une extrapolation du Clipper Chip et d'autres propositions de "key-escrow" de l'Administration Clinton, ainsi que d'une tendance à long terme: de plus en plus de systèmes informatiques sont configurés pour donner à des opérateurs absents le contrôle sur les gens qui utilisent le système.

La SPA, qui veut en fait dire Software Publisher's Association, n'est pas aujourd'hui une force policière officielle. De façon officieuse, elle se comporte ainsi. Elle invite les gens à faire de la délation à l'endroit de leur collègues et amis; comme l'Administration Clinton, elle préconise une politique de responsabilité collective où les propriétaires d'ordinateurs doivent activement faire respecter le copyright ou être punis.

La SPA menace actuellement de petits fournisseurs d'accès à l'Internet, en exigeant qu'ils lui permettent de surveiller tous les usagers. La plupart des fournisseurs capitulent lorsqu'ils sont menacés, parce qu'ils n'ont pas les moyens de contre-attaquer en cour. (Atlanta Journal-Constitution, 1er octobre 1996, page D3.) Au moins un fournisseur, Community ConneXion à Oakland en Californie, a refusé la demande et a été conséquemment poursuivi. Il appert que la SPA a abandonné cette poursuite récemment, mais ils vont sûrement continuer cette campagne de diverses autres façons.

Les politiques universitaires de sécurité décrites précédemment ne sont pas imaginaires. Par exemple, un ordinateur dans une université de la région de Chicago affiche le message suivant quand on s'y branche (les guillemets sont dans l'original -- ce qui suit est une traduction):

"Ce système est réservé aux usagers autorisés. Les individus qui utilisent ce système informatique sans autorisation ou au delà de leur autorisation pourront faire l'objet d'une surveillance et d'un enregistrement par le personnel de toutes leurs activités sur ce système. Lors de la surveillance d'individus utilisant le système inadéquatement, ou lors d'activités d'entretien du système, les activités d'usagers autorisés pourraient aussi être surveillées. Quiconque utilise ce système consent expressément à une telle surveillance et est avisé que si cette surveillance révèle des indices d'une possible activité illégale ou violation des règlements de l'Université, le personnel du système peut fournir ces indices aux autorités de l'Université et/ou aux forces de l'ordre."

Il s'agit d'une approche intéressante face au Quatrième amendement: faire pression sur presque tout le monde pour qu'il accepte d'avance de renoncer aux droits qu'il leur accorde.


Other Texts to Read

Return to GNU's home page.

FSF & GNU inquiries & questions to gnu@gnu.org. Other ways to contact the FSF.

Comments on these web pages to webmasters@www.gnu.org, send other questions to gnu@gnu.org.

Copyright 1996 Richard Stallman
Translated by Pierre Sarrazin [ps@cam.org] on February 16th, 1999.

Verbatim copying and distribution of this entire article is permitted in any medium, provided this notice is preserved.

Updated: 13 Mar 1999 jonas